Chronique : A Court of Thorns and Roses, Sarah J. Maas

16096824

Titre : A Court of Thorns and Roses

Auteur : Sarah J. Maas

Date de publication : USA mai 2015

Edition : Bloomsbury Publishing

Genres : Fantasy, romance, New Adult, Retelling (réecriture/adaptation)

« Be glad of your human heart, Feyre. Pity those who don’t feel anything at all. don’t feel bad for one moment about doing what brings you joy. »

Ah ! A Court of Thorns and Roses pourquoi me rends-tu la tâche si difficile ?!! Comment te noter ? Mes sentiments sont tellement partagés ! Ce que vous lisez ce sont les cris (oui des cris même si je n’ai pas utilisé de lettres majuscules parce que ça fait un peu moche ^^) de frustration d’une blogueuse qui vient de finir un livre qui faisait partie de ceux qu’elle attendait le plus parmi les sorties de cette année, qui a aimé mais qui aurait aimé aimer plus ! Vous me suivez ? Comment ça non ? Mais si on a tous/toutes déjà vécu ça ! Continuez à lire vous allez comprendre.

***

A Court of Thorns and Roses (titre super mais un peu long à taper donc on va abréger en ACOTAR) est un livre Fantasy New Adult de Sarah J. Maas, auteur de la saga Throne of Glass. C’est l’histoire d’une jeune fille de dix neuf ans nommée Feyre qui en chassant dans les bois pour nourrir sa famille tombée dans la pauvreté brise le traité qui assure la paix entre les hommes et les Faes en tuant un loup qui s’avérait être en fait un être surnaturel. En rétribution, elle doit se rendre de l’autre côté du mur et vivre le restant de ses jours dans le domaine de Tamlin, un immortel capable de se changer en bête qui la retient donc prisonnière mais dont elle tombe progressivement amoureuse. Cependant, un fléau ravage le monde des Faes et Tamlin et sa cour souffrent d’une malédiction que Feyre sera la seule à pouvoir briser.

***

Ce livre me promettait donc des aventures dans un monde magique, mystérieux en plus d’une originale idée de réécriture du conte de La Belle et la Bête et c’est tout naturellement qu’il a atterri dans ma PAL dès l’annonce de sa sortie surtout quand j’ai vu qu’il s’agissait d’un livre de Sarah J. Maas (et regardez-moi cette couverture !). J’étais de plus curieuse de savoir comment cette auteure de livres pour jeunes adultes allaient s’en sortir dans le genre New Adult (si ce genre ne vous est pas familier je vous redirige vers le post que j’ai écris il y a quelques temps dessus) et de ce point de vue je n’ai pas été déçue : Sarah J. Maas a réussi à écrire un New Adult en évitant le défaut de beaucoup de livres de ce genre c’est-à-dire une romance omniprésente sans intrigue construite. Je dois donc en passant avertir que contrairement à Throne of Glass, le public visé est un peu plus mature, ACOTAR contient quelques scènes explicites et un langage plus cru.

Ce premier tome contenait bien de l’action, de la romance et du mystère. Les premières pages du livre instaurent une atmosphère captivante à travers la scène de chasse de Feyre. Cependant, l’intrigue traîne vite en longueur et au bout de quelques chapitres j’ai eu énormément de mal à avancer dans ma lecture. Le monde créé par Sarah J. Maas est convenablement élaboré et joue assez bien avec le folklore qui entoure le peuple des Faes, les personnages sont tous sympathiques, ou en tout cas intéressants mêmes ceux qui paraissent très plats au début du récit – c’est par exemple le cas de Nesta qui joue un peu le rôle de la sœur ingrate de l’héroïne mais qui se révèle finalement bien plus complexe – et le style fluide. Pour en dire un peu plus sur l’univers d’ACOTAR, il s’agit d’un monde où humains et Faes sont séparés par un mur suite à la guerre qui a mis fin à la domination des Faes. Le monde des hommes est très peu développé mais celui des Faes est fascinant et repose sur le folklore populaire. Ils vivent en Prythian et sont divisés en cours dans un système médiéval qui fait penser au Songe d’une nuit d’été (A Midsummer’s Night Dream) de Shakespeare. Tous les bons ingrédients pour rendre un livre captivant et pourtant…

Je pense que ma difficulté à lire venait en fait d’abord du choix de la première personne qui n’est pas le mode d’énonciation que j’apprécie le plus et surtout de tous ces moments où j’ai pu arrêter ma lecture et me dire « ça, ça fait un peu niais… » et c’est une des choses que je déteste le plus penser quand je lis une romance (selon ma sœur ça m’arrive assez souvent parce que je suis une insensible, mais passons… ^^). Tamlin et Feyre vont très bien ensemble mais les pensées de cette-dernière m’ont parfois un peu fait lever les yeux au ciel. Qu’une héroïne admire la beauté d’un garçon ça va deux secondes mais les remarques incessantes qui donnent l’impression que son QI diminue soudainement à chaque fois qu’elle le voit, c’est assez irritant. De même, l’intrigue est parfois tellement prévisible (la réponse à l’énigme !! Feyre réfléchit un peu !!) et l’antagoniste peu convaincante. J’aurais aimé plus de complexité, j’aurais aimé avoir la chair de poule car les Faes sont des créatures qui ont tellement de potentiel ! Il n’y a qu’à lire The Darkest Part of the Forest (Holly Black) ou Lament (Maggie Stiefvater) qui ont tous les deux une atmosphère bien particulière où les Faes sont à la fois attirantes et dangereuses.

Ce qui rattrape toutes les pensées négatives que j’ai pu avoir en lisant ACOTAR ce sont les derniers chapitres dans lesquels Feyre accomplit des tâches afin de briser la malédiction qui pèse sur Tamlin et son peuple. A partir de ce moment-là, je n’arrivais plus à lâcher mon livre C’est dans l’écriture des scènes d’action que Sarah J. Maas excelle le plus selon moi et cela s’est confirmé dans ce livre. Après avoir tourné la dernière page j’avais donc vraiment envie de lire la suite et retrouver certains des personnages qui ont été de vrais coups de cœur pour moi (comme Lucien et Rhysand) !

 ***

En résumé, ce livre m’a dans un sens déçue car j’en attendais tellement plus, j’attendais une ambiance particulière à la Maggie Stiefvater dans Lament (Books of Faeries, tome 1) et finalement j’ai trouvé certains passages niais voire un peu clichés parfois. Cependant, je vais réagir de la même manière que pour Throne of Glass dont l’intrigue du premier tome m’avait paru un peu bancale et voir le premier tome d’ACOTAR comme le début d’une série qui a énormément de potentiel (j’ai lu que le deuxième tome aurait un air de ressemblance avec le mythe d’Hadès et Perséphone, j’ai hâte !) ce qui fait que ma note est finalement de 4/5 !!

Ma note : ★★★★☆

signature